• Finalement, les autorités de Punta Salinas nous ont déclaré ne pas être compétentes pour faire notre entrée dans ce pays ! Nous sommes donc repartis 100 NM plus à l'ouest vers la Marina de la Casa del Campo, où se trouve notre contact (répération prévue de l'alternateur) et où nous sommes sûrs de pouvoir faire nos formalités.

    Nous arrivons donc vendredi 21 décembre au matin et dans l'heure suivante, 5 personnes débarquent à bord: douane, immigration, marine de guerre, drogue et même le service d'agriculture le tout pour 167$ us. Les formalités se passent en toute convivialité, le tout arrosé d'un coca bien frais. A midi, nous sommes enfin autorisés à mettre pied à terre, après une semaine sans avoir foullé la terre ferme !

    Première semaine en Republique Dominicaine

    La prison dorée où nous nous trouvons: complexe de luxe pour milliardaire (hélicoptères cotoyant les yatchs, 1600 villas reparties autour de 3 golfs, terrain de polo, plages privées, ..) ne nous coute que 40$ par nuit au ponton et nous pouvons bénéficier de toutes les prestations et infrastuctures. Nous décidons alors d'y rester une quinzaine de jours, histoire d'en profiter un peu et surtout de laisser le catamaran en toute sécurité. En effet, nous louons une voiture une semaine pour aller découvrir l'autre côté du miroir : la vraie République Dominicaine. Le bateau restera donc ici à nous attendre tranquillement.

    Dès le premier soir, JL et les enfants, déguisés en pirates, ont participé à un 'défilé' concours du plus beau bateau, sur une réplique de la caravelle de Cristophe Colomb. Nous avons rencontré une famille charmante vivant ici et nous ayant fait le 'tour du propriètaire' du campo

    Nous avons passé Noël tous les 5, non pas à la Marina, mais au bord d'une réserve naturelle. Les tongs avaient été placés tout autour de notre sapin miniature mais Le Père Noël avait caché les cadeaux dans la voile ...Quel Malicieux !

    Première semaine en Republique Dominicaine

    Première semaine en Republique Dominicaine

    Première semaine en Republique Dominicaine 

    Première semaine en Republique Dominicaine

     

    Nous profitons de cet article, pour souhaiter à tous nos lecteurs assidus d'exellentes fêtes de fin d'années


    11 commentaires
  • Départ dimanche 16 décembre à 10h pour 410 miles en direction de la République Dominicaine.

    Transcaraïbe sud-nord

     Transcaraïbe sud-nordTranscaraïbe sud-nord

     

    Debrief de notre traversée :

    -visite de 3 poissons volants (dont un, mystérieusement retrouvé sur le sol de notre cabine, et qui a du sauté par le hublot légèrement entre-ouvert, et un autre, qui a ‘frappé’ Patricia pendant la nuit, en plein vol)

    -2 kg de riz cantonnais, 40 crêpes, un gros gâteau au yaourt et des sandwichs avec le merveilleux jambon du Morvan pour nos repas pris selon nos faims respectives le tout préparé par nos soins à Bonnaire.

    - une moyenne de 8 nœuds, alors que nous avions prévu une moyenne de 6 à 7 nœuds.

    - un beau thazard péché pour notre repas d’arrivée 

    -un début difficile (Lucien, Castille et Patricia étant malade pendant environ 10h)

    -5 cargos croisés dont 3 la première nuit (4 « cédez le passage » et « 1 refus de priorité »)

    - une escadrille d’orque au départ de Bonnaire, nous souhaitant une ‘bonne navigation »

    -et hébergement pour une nuit, à 200 milles de toute côte d’un petit oiseau, littéralement ‘à bout de force’ et qui restera toute la nuit au chaud, dans le gilet de sauvetage (comme par hazrd), prénommé Domino par les enfants. A la grande tristesse générale aprés une nuit de repos, il nous a abandonné au moment même où nous croisions un cargo. 

    Nous voilà à Punta Salinas, avec 12 heures d’avance sur notre programme. Couchés à 20h, après avoir dégusté le Thazard, accompagné de notre première bouteille de champagne depuis 3 mois et extrêmement appréciée. Nous sommes vraiment satisfaits de notre traversée!

    Nous nous attendons à voir débarquer à bord l’ensemble des officiels pour les formalités d’entrée (impossible de mettre pied à terre avant)

    Transcaraïbe sud-nordTranscaraïbe sud-nord

    Transcaraïbe sud-nordTranscaraïbe sud-nordTranscaraïbe sud-nord

     Transcaraïbe sud-nordTranscaraïbe sud-nordTranscaraïbe sud-nord

     


    2 commentaires
  • Nous sommes partis des Aves vendredi 7 décembre à 4h du matin. Les 10 heures de navigation ont été difficiles surtout pour la co-pilote, première fois malade depuis le début de notre aventure: Houle croisée de 2 mètres en vent arriérre. Jean-Louis a barré seul et les enfants se sont du coup occupés de Castille. L’arrivée à Bonnaire a donc été bien méritée. 

    Nous sommes sur bouée (ici, toute ancre est interdite afin de préserver la richesse des fonds sous-marins qui font de Bonnaire une destination de choix pour tous les plongeurs). Nous retrouvons la ‘civilisation’ : bruits et pollution des véhicules, caddys dans les supermarchés, wifi gratuit dans les bars, laverie automatique, sans oublier la joie de croquer dans un bon morceau de steak et de poulet roti  ...Nos pieds sont tout étonnés de retrouver leurs tongs après plus de 3 semaines pratiquement sans chaussure. 

    Nous préparons notre départ entre le 15 et le 17 décembre pour la République Dominicaine, en surveillant attentivement la météo. Nous aurons 3 jours et 3 nuits de navigation en continu et nous souhaitons les effectuer en toute sécurité. Nous nous activons donc entre courses, laundry, petit entretien du bateau, nettoyage, pina-coladas dans les bars (uniquement pour bénéficier du wifi !). 

    Arrivée houleuse à Bonnaire

    Les enfants ont installé les décorations de Noël, non pas avec des guirlandes de coquillage et des étoiles de mer, mais tout simplement avec ce que l'on a amené de France et discrètement dissimulé dans les rangements afin de garder un effet surprise…Castille a donc découvert la joie des boules multicolores qu’elle essaye de lancer dans la mer afin de vérifier qu’elles flottent !

    Après toutes ces corvées, nous nous octroyons une journée de relâche. Nous plongeons avec Marc et Gaëlle, qui naviguent sur Coco d’Iles un lagoon 450 super équipé avec leurs 2 loulous de 3 et 9 ans (Loann et Tom) depuis  1 an et encore pour 1 an, peut'etre 2 ?!!!. Lucien et Eve gardent Castille pendant sa sieste et nous allons découvrir une superbe épave à 28 m de profondeur. Le bateau chargé de drogue a été remorqué par la douane jusqu'à la côte, et a mysterieusement coulé une nuit de 1986. Il est vrai que Bonnaire figure parmi les meilleurs spots de plongée au monde et aucune épave n'était au catalogue. Désormais cette épave est recouverte de superbes coraux et gardés par 3 Tarpons menaçants.  

    La météo, surveillée par Jean-Louis depuis notre arrivée à Bonnaire nous offre une fenêtre idéale pour notre transcaraïbe sud-nord.

    Nous levons l'ancre dimanche 16 décembre au matin pour 410 milles Cap au 340°

    Arrivée houleuse à BonnaireArrivée houleuse à Bonnaire

    Voir plus de photos de Plongée à Bonnaire


    1 commentaire
  • On Les Aves

    Les Aves Les Aves

     

     

     

     

     

     

    A Cayo de Agua, nous avons retrouvé un  autre bateau skippé par un couple d’argentins, déjà rencontré aux Roques : Mistral. Nous décidons de partir ensemble pour les Aves, petites séries d’ilots encore plus désertiques que Blanquilla et les Roques. C’est un paradis pour les oiseaux (Aves en espagnol est le nom générique pour désigner des volatiles). Notre exploration dans la mangrove avec l’annexe nous permet d’observer de nombreuses femelles en train de nicher et couver leurs œufs. Nous n’avions jamais eu l’occasion de contempler des oiseaux d’aussi prêts. Notre seul regret : ne pas connaitre leur nom. Nous ne reconnaissons que des hérons et des pélicans. Les autres sont inconnus pour nous et pourtant magnifiques avec leur bec  bleu et le corps gris et verts. 

    Nous terminons notre exploration par une découverte impressionnante mais morbide. Notre regard avait été attiré par une sorte d’épave rougeâtre sur les récifs et en nous rapprochant , nous avons découvert finalement une baleine échouée, à moitié dévorée, et entrain de se décomposer.  Nous imaginons qu’elle a du se faire pièger dans le lagon, dans l’incapacité de ressortir et que des requins sont peut être venus ensuite la dévorée…

    Les Aves

     

    Plus de photos Des Roques aux Aves

     

     


    4 commentaires
  • Les Roques suite et fin

    Après être revenus le temps d’un passage internet à Gran Roque, nous sommes repartis explorer de nouvelles iles plus à l’ouest des Roques. Toutes sont inhabitées, à part Mosquises, où se sont installés un centre de recherche sur les tortues ….et une colonie de moustiques !  C’est bien la première fois que nous nous réfugions à 18h dans le carré, toutes portes et hublots verrouillés, habillés de la tête au pieed : plutôt suffoquer que se gratter ! 

    Les Roques suite et fin

    Les Roques suite et fin

     

    Mais sans conteste, notre coup de cœur entre tous les mouillages reste pour un ensemble de 4 ilots : Cayo de Agua. Que se soit à l’intérieur de l’immense lagon turquoise ou du côté océan, nous avons été séduits. Dès le Cned terminé, nos 3 journées ont été ‘nautiques’ :  snorkling (même Castille participe, armée de ses brassards, poussée par maman), kayac, surf sur les vagues, observations des tortues, pêche…Bref, un endroit idyllique, où nous étions seuls (et sans la compagnie des moustiques).

     


    3 commentaires